Comprendre les AVC : les causes et les conseils de traitement

En France, les AVC sont la 3e cause de mortalité et la 1re cause de handicap. Chaque année, 120 000 nouveaux cas d’AVC sont recensés. Un accident vasculaire cérébral survient lorsque la circulation du sang vers ou dans le cerveau est interrompue. Souvent, il en résulte des séquelles neuromotrices qui peuvent durer dans le temps, quand une prise charge immédiate n’est pas assurée. 

1. Qu’est-ce que l’AVC ?

Un accident vasculaire cérébral, communément appelé AVC, est caractérisé par une atteinte d’une partie du cerveau. Cette lésion survient à la suite de l’obstruction ou la rupture d’une artère cérébrale, ce qui conduit à une interruption du flux sanguin dans le cerveau. Les cellules nerveuses de la région touchée ne reçoivent plus l’oxygène ni les éléments nutritifs essentiels à leur fonctionnement, provoquant ainsi leur destruction. Les conséquences d’un accident vasculaire cérébral varient en fonction de la zone cérébrale touchée, des fonctions qu’elle contrôle et de l’ampleur des lésions, mais plus de la moitié des personnes atteintes en gardent des séquelles. Les difficultés à lire, à écrire, les pertes de mémoire et la paralysie font partie des éventuelles conséquences d’un AVC. 

2. Comment reconnaître un AVC ?

La survenue d’un accident vasculaire cérébral est accompagnée de symptômes qui apparaissent de manière soudaine. Il est important de savoir reconnaître les signes d’un AVC, car une prise en charge médicale rapide est essentielle pour faciliter la récupération et éviter des lésions irréversibles. Les signes qui permettent de reconnaître un AVC apparaissent de manière soudaine : 

  • Une difficulté à s’exprimer ;
  • Une confusion et des difficultés à comprendre les autres ;
  • Une perte de force ou une paralysie d’un côté du visage, d’un bras ou d’une jambe ;
  • Une vision floue ou la perte de la vue (dans un seul œil généralement) ;
  • Une perte de la coordination des mouvements ou de l’équilibre ;
  • Un mal de tête violent, soudain et inexpliqué.

Si vous remarquez l’apparition d’un ou plusieurs symptômes, même de manière temporaire, contactez immédiatement un médecin. 

3. Quels sont les types et les causes d’AVC ?

L’accident vasculaire cérébral est provoqué par un blocage ou une rupture d’un vaisseau sanguin dans le cerveau, en fonction de l’atteinte, il est possible de distinguer plusieurs types :

  • L’accident ischémique : il s’agit d’un AVC d’origine ischémique. Il est provoqué par le blocage de la circulation du sang par un caillot sanguin ou une plaque de cholestérol, provoquant un infarctus cérébral ;
  • L’accident hémorragique : il s’agit d’un AVC hémorragique. Il est provoqué par un saignement dans le cerveau en réponse à la rupture d’un vaisseau sanguin, ce qui mène à une hémorragie cérébrale ;
  • L’accident ischémique transitoire : il s’agit d’une forme légère d’AVC. Il est provoqué par un arrêt momentané du débit sanguin dans une partie du cerveau. Après la survenue d’un AIT, le risque de développer un AVC est plus important.

4. Quels sont les facteurs qui favorisent la survenue d’un AVC ?

Certains des facteurs de risque favorisant la survenue d’AVC et d’AIT sont liés à l’âge, à l’hérédité ou aux antécédents d’AVC ou d’AIT, ne peuvent pas être modifiés. Cependant, il existe des facteurs liés à l’hygiène de vie qui sont actionnables :

  • L’hypertension artérielle : quand elle n’est pas suivie ni contrôlée, elle augmente le risque d’AVC ou d’AIT ;
  • Les maladies cardiaques : certaines maladies cardiaques favorisent la formation de caillots sanguins ;
  • Le diabète : quand il n’est pas contrôlé, il augmente les risques d’AVC ou d’AIT ;
  • La consommation importante d’alcool ;
  • Un taux de cholestérol élevé ;
  • Le manque d’activité physique ;
  • Le tabagisme ;
  • La consommation de drogues.

5. AVC : quels sont les traitements utilisés ?

La survenue d’un AVC ou d’un AIT est une urgence médicale qui nécessite une prise en charge rapide et un traitement immédiat pour minimiser les séquelles. Le premier objectif de la prise en charge médicale est de rétablir la circulation sanguine, dans le cas d’un accident ischémique, ou de réduire l’épanchement de sang, dans le cas d’un accident hémorragique. Un examen par IRM permet le diagnostic du type d’AVC pour déterminer quel traitement adopter. En plus de ces interventions, des traitements médicamenteux peuvent également être prescrits en fonction de la nature de l’AVC :

a. Les traitements médicamenteux de l’accident vasculaire ischémique

Dans ce cas, l’objectif des médicaments est de détruire ou de désagréger les caillots de sang présents dans les vaisseaux sanguins et d’éviter la coagulation du sang.

  • Un médicament thrombolytique est utilisé dans 4 heures qui suivent l’AVC. Il induit la thrombolyse (dissolution) des caillots de sang ;
  • Un médicament anticoagulant peut également être utilisé pour empêcher la formation de nouveaux caillots et éviter que les caillots sanguins ne grossissent et qu’ils causent des complications.

b. Les traitements médicamenteux de l’accident vasculaire hémorragique

Dans le cas d’un accident hémorragique, le but du traitement médical est de limiter l’hémorragie et de réduire le risque que le saignement reprenne.

  • Un traitement facilitant la coagulation pour éviter le saignement ;
  • Un médicament pour contrôler la tension artérielle si elle est trop élevée, car elle augmente le risque de nouveau saignement.

En plus de ces traitements d’urgence, des médicaments peuvent être prescrits à long terme pour traiter les problèmes causés par l’AVC et prévenir la survenue d’AVC.

6. Comment mieux récupérer après un AVC ?

À la suite d’un accident vasculaire cérébral, il est recommandé de débuter la rééducation le plus rapidement possible. En fonction des symptômes, elle peut être assurée par un kinésithérapeute, un ergothérapeute ou un orthophoniste. La rééducation va permettre aux zones non affectées du cerveau d’apprendre à réaliser les fonctions de la partie du cerveau endommagée par l’AVC. L’objectif de la rééducation est de permettre aux patients de récupérer un maximum de fonctions pour réaliser les tâches quotidiennes.

7. Quelques conseils pour prévenir la survenue d’un AVC

La gestion des facteurs de risque est le meilleur moyen d’éviter les rechutes et prévenir la survenue d’AVC et d’AIT. Il est donc conseillé d’adopter une bonne hygiène de vie :

  • Suivre et contrôler l’hypertension artérielle et le diabète en respectant les prises de médicaments ;
  • Mesurer régulièrement le taux de cholestérol dans le sang ;
  • Adopter une alimentation saine, équilibrée et diversifiée ;
  • Pratiquer une activité physique adaptée à votre état de santé et à votre condition physique de manière régulière ;
  • Réduire la consommation de boissons alcoolisées ;
  • Éviter le tabac sous toutes ses formes ;
  • Éviter la consommation de drogue ;
  • Réaliser des bilans de santé de manière régulière.

Maladie sur le même thème

En France, chaque année on diagnostique plus de 120 000 nouveaux cas d'insuffisance cardiaque. Une maladie chronique qui nécessite d’adopter une bonne hygiène de vie et de suivre attentivement le traitement médicamenteux.

En France, on compte plus de 4,5 millions de personnes souffrant de diabète. On estime que près d'un million en souffrent sans le savoir. Il s'agit donc d'une des maladies chroniques les plus répandues dans l'hexagone et dans le monde. Captain Pharma fait le point pour vous aider à comprendre et à mieux gérer votre diabète.

En France, près de 900 000 personnes sourffrent de la maladie d'Alzheimer. Les causes de cette maladie restent inconnues et il n'existe pas de traitement pour en guérir. Captain Pharma fait le point sur cette maladie chronique.